Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 01:01
par Grégoire Petit

62… Pas de Calais, 38… Isère, 53… Mayenne. C’est de ce décompte, immuable comme les grandes vacances, que va nous priver l’intégration en droit interne d’une directive européenne. En effet, à partir du 1er janvier 2009, une nouvelle numérotation sera mise en place, apposée à vie sur les véhicules et qui fait, a priori, disparaître toute trace des départements. Les réactions sont fortes en gueule et proviennent… des députés et des conseils généraux. Analyses et opinion.


Tout le monde en parle et le sujet est largement médiatisé. La grand messe de 20H lui a même consacré une prière. Le collectif « Jamais sans mon département »* a été fondé à l’initiative du député UMP Richard Mallié et se compose de 72 députés de la majorité et de l’opposition. Il a envoyé une lettre au Ministre de l’Intérieur dénonçant l’abandon des numéros de départements dans la numérotation des nouvelles plaques d’immatriculation. Dans cette lettre, dont Libération publie quelques extraits, les élus nationaux, qui, rappelons-le, représentent la nation dans son ensemble et non pas les électeurs de leur circonscription (art. 3 et 27 de notre Constitution), demandent son rétablissement : « Les représentants de la nation française que nous sommes regrettons sincèrement la disparition de cette marque d’appartenance à un territoire, à un terroir, à une identité, sachant qu’aucune alternative n’a été étudiée».

Précisons tout de suite que le collectif n’est pas opposé au nouveau système de numérotation en lui-même. Ce dernier permettra de s’aligner sur le reste de l’Europe, de supprimer progressivement les 110 millions de dossiers de plaques d’immatriculation de voitures détruites depuis longtemps, de faire passer le nombre de véhicules possibles en France de 13 millions à 276 millions (c’est une hypothèse). D’accord sur les avantages de ce changement de numérotation, ils le sont beaucoup moins sur la suppression de celle des départements.

Pourquoi ? Le premier argument repose sur la fierté locale : tout un chacun est identifié depuis 1928 et c’est avec fierté qu’un habitant du Lot, par exemple, affiche son 46 lorsqu’il se déplace en dehors de ses contrées. Le deuxième met en lumière le fait que ces numéros ont le mérite de se remémorer, ou d’apprendre la géographie française et sa centaine de départements (évidemment, les plaques sur lesquelles figurent les numéros des départements d’outre-mer sont hors-jeu… Qui connaît le numéro de la Guyane ?). Enfin, ultime argument, il permet de faire des rencontres, amicales voire amoureuses (sur une aire d’autoroute ?) entre personnes provenant du même département.

Image d'EpinalOn s’en doute, un argumentaire fleuri ne parvient pas à dissimuler une douce nostalgie : celle des souvenirs d’enfance d’un garçon (ou d’une fille) qui passe les heures d’été en voiture entre Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais 62) et Lacanau (Gironde 33), la tête appuyée sur la banquette arrière en train de lire les numéros de département des voitures entourant la sienne afin de repérer leurs origines. Cette image (presque) d’Epinal (dans les Vosges, 88) ont apparemment marqué les élus de la République et c’est la raison pour laquelle, entre deux votes sur la modernisation de l’économie ou sur la réforme du marché du travail, ils s’affairent à conserver le numéro de « leur » département.


Sérieusement, quelles en sont les raisons ? Le Conseil général du Nord-Pas-de-Calais a dépensé 24 000 € d’argent public en matériel promotionnel (autocollants, affiches) affirmant que « 62, c’est nous ». Il est intéressant de constater que les plaques minéralogiques servent effectivement de support pour le marketing territorial des départements (même si ces derniers dépendent évidemment du comportement, sur les routes en dehors de son département, du titulaire de la plaque). Selon l'IFOP, 71 % des Français seraient hostiles à une suppression de ce numéro, c’est peut-être la seule raison.

A défaut d’être la bonne, c’est la seule, en effet. Le Ministère de l’Intérieur mentionne, dans sa réponse à la lettre adressée par le collectif, le fait «[…] que l’automobiliste pourra ajouter le numéro du département de son choix ». Alors pourquoi tout ce barouf ? Lutte contre une mondialisation uniformisatrice ou clientélisme de nos élus ?


*Le collectif a ouvert un site Internet et il est présent sur de nombreux réseaux sociaux (dont facebook).


Trackbacks

Le 38 moi j'y tiens !!


Cet article n'intéresse pas seulement les saintégrévois, mais toute la France. Car ce qui va se passer le 1er janvier 2009 impactera (comme on dit maintenant LOL) tout le monde.


Tracké par Dominique


“Jamais sans ma plaque”, un billet de Grégory Petit sur blog-territorial.com


62… Pas de Calais, 38… Isère, 53… Mayenne. C’est de ce décompte, immuable comme les grandes vacances, que va nous priver l’intégration en droit interne d’une directive européenne.


Publié par jsmd

Partager cet article

Repost 0
Published by blog-territorial - dans Tribune
commenter cet article

commentaires

ChroniquesMaBanlieue.com 07/08/2008 18:58

Je les trouve, à coté de la plaque...Libre à chacun de psoer ou nom son signe d'appartenance, n'est-pas ça l'essentiel : avoir le choix ?C'est d'ailleurs ce que je dis dans mon article "à côté de la plaque", publié le 22 mai dernier ici http://chroniques-ma-banlieue.20minutes-blogs.fr/archive/2008/05/23/a-cote-de-la-plaque.html#more

tiry 07/08/2008 01:49

SI ON REFLECHI UN PEU c'est  DU N’importe quoi cette plaque présentée  par ces parlementaires
EXPLICATIONS:ils voudrais qu’on change nos plaques comme avant, quand on change de département ou que le véhicule change de propriétaire sauf que la plaque est attribué au véhicule .donc ça reviens a changer toute la plaque que pour 2 chiffres du département en cas de changement de departement ou de proprietaire .
c’est vraiment idiot et inutile de payer une plaque entiére pour le numéro de département .pour une fois qu’on nous propose des économies administratives c’est les parlemantaires qui sont contre juste parcequ’ils veulent un numero de departement obligatoire.

Franck Confino 11/06/2008 11:40

Bonjour Dominique,Il s'agit d'un petit bug persistant d'OB, la plateforme qui nous héberge. Mais comme rien n'est impossible sur BT, nous avons inventé le trackback manuel ! Ce sera donc rajouté très prochainement ;)

Dominique 11/06/2008 09:11

Je voulais faire un trackback vers le billet que l'on a mis en ligne sur Mon Saint-Egrève ce matin (http://www.monsaintegreve.fr/?2008/06/11/507-le-38-moi-j-y-tiens), mais ce n'est aps possible, il n'y a plus le lien vers Créer un trackback!!Franck, tu les as enlevés, ou bien c'est un bug?

Attention, le blog a déménagé!

ATTENTION : vous êtes égarés sur les archives de blog-territorial...
Depuis 2011, le blog a déménagé et a continué sa vie ici :

BT.jpg

Editeur

Directeur de la publication : 
Franck Confino 

Texte Libre

   Inscrivez-vous à la newsletter   Contactez-nous

 

auwwwergne.com
Recommandé par des Influenceurs

C'est forcément ici !

 

 

 

Et pour finir...

 

internautes sont égarés ici et trouveront leur bonheur par là !
 

Avril 2006 - Novembre 2010

 

Contrat Creative Commons

Blog-territorial
by Adverbia est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported.
Basé(e) sur une oeuvre à www.blog-territorial.fr.