Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 19:05
blog-territorial répond à nouveau présent au rendez-vous annuel des professionnels de la communication publique : le Forum Cap'Com, qui se tient cette année à Saint-Étienne. Retrouvez la première journée en image avec au programme des visites urbaines sur les thèmes du design ou de l'eau, par exemple. Ambiance.    


Repost 0
Published by blog-territorial - dans Cap'Com 2009
commenter cet article
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 14:50
Grand chantier pour blog-territorial qui migre de plate-forme pour sa 4ème mouture ! Attention : pendant les " travaux ", le blog n'est accessible qu'à l'adresse blog-territorial.fr !


C'est officiel ! blog-territorial migre de plate-forme et s'oriente vers WordPress pour sa 4ème mouture, qui sortira en janvier. Un changement de taille dont nous vous reparlerons en détail très bientôt car ce blog sera désormais adossé à un réseau social, avec un mode collaboratif considérablement renforcé.

Pendant les travaux, la publication continue mais il est possible que certains liens soient "cassés ": nous vous prions de nous excuser pour cette gêne temporaire, et faisons tout pour rétablir au plus vite la situation.

A très bientôt sur http://www.blog-territorial.fr !
Pensez à mettre à jour vos signets !

Repost 0
Published by blog-territorial - dans Actualités
commenter cet article
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 17:42
Le 10ème Forum mondial de l’e-Démocratie a mis l’accent pendant 2 jours sur le thème de la politique à l’ère numérique et les perspectives d’évolution des TIC dans la vie démocratique pour les 10 prochaines années. A l’origine de ce rendez-vous annuel, organisé par la Ville d’Issy-les-Moulineaux, l’objectif est de créer un lieu de rencontre de niveau international autour de l’impact des technologies de l‘information et de la communication dans la société numérique.


La nouveauté de cette édition 2009, le U-chat, se résumait en une retransmission en direct des différents ateliers du Forum de l’e-Démocratie sur le site web via le partenaire U Federation. Il se définit comme un espace interactif en temps réel. En effet, les internautes pouvaient échanger par le biais d’un chat, et poser leurs questions au journaliste Jean de Chambure.

 Au programme : l’innovation au cœur du développement numérique du territoire et l'identité numérique: "Ce qui va changer pour le citoyen et le consommateur", "En quoi le numérique change t-il la politique?", ou encore "La vision et le rôle des acteurs publics dans la gestion des identités numériques". Conférences et tables rondes internationales étaient aussi au rendez-vous avec une trentaine d'intervenants venus d'une dizaine de pays d'Europe, d'Amérique du Nord et d'Afrique échanger pour l’occasion sur ces sujets.

André Santini, député-maire  d’Issy-les-Moulineaux, a distingué les quatre meilleures initiatives numériques et politiques ce de 10ème Forum mondial de l’e-Démocratie à l’occasion d'un dîner à l'Assemblée nationale. Dans ce palmarès 2009, le Trophée du Forum a été décerné au site EU PROFILER. Les responsables du projet Alexander Trechsel et Fabian Breuer défendaient l'idée que la mission de l’application EU Profiler était de permettre aux citoyens de s’orienter parmi une offre politique européenne hétéroclite et complexe. Ainsi, l’internaute était amené à répondre à une série de questions sur son identité politique par le biais de ce site de « conseil de vote » pour encourager sa participation aux élections européennes. Un algorithme évaluait alors la sensibilité probable de chaque internaute comparé aux formations politiques existantes. Lors de la campagne des élections européennes de juin dernier, ce sont près de 2 ,5 millions d’internautes qui ont utilisé cet outil, peut-être par curiosité aussi, dans un paysage politique européen comprenant quelques 300 partis.




Concernant la catégorie internationale, Phil Noble, président du portail américain PoliticsOnline, a remis le Trophée à Peter Greenberger, directeur de la publicité politique de Google (USA) pour son rôle dans le développement des applications Google pour le compte de la campagne victorieuse de Barack Obama. Caitlin Morrissey, rédactrice en chef de PoliticsOnline soutenait ce choix en insistant sur l’efficacité et la volonté de transparence politique opérés par ces outils en ligne. Ainsi, le staff du candidat démocrate a repris l’ensemble de ces applications Google (Google Docs, Google Ads, Google Maps) en comptant sur 1800 vidéos gratuites et disponibles sur YouTube pendant la campagne présidentielle de 2008.

Daniel Van Lerberghe, président de l’institut européen Politech, en partenariat avec la société IP Label a récompensé le site web de l'Alliance progressiste des socialistes et démocrate au Parlement européen pour son interactivité. Le site lauréat du Trophée Européen met en valeur toute la diversité  des outils web 2.0 en associant l’efficacité des réseaux sociaux, le multimédia et le podcast pour engager le citoyen dans le débat européen. Lors de la présentation des Trophées avec le journaliste Jean de Chambure, Laurent Gou le directeur d’IP Label, précisait quant à lui que ce prix visait également à vérifier la bonne accessibilité d’un site partout en Europe et même dans les coins les plus reculés ; mais aussi à s’assurer que l’internaute puisse bénéficier de tout le contenu proposé par le site. Mission remplie donc avec cette initiative pédagogique de l’Alliance progressiste des socialistes et des démocrates. Tony Robinson, chef de l’unité Internet du site européen, en profitait pour annoncer par ailleurs à son auditoire que l’audience du site en question a doublé en l’espace d’une année seulement, et ceci grâce à Twitter.

 


Le
Trophée Français a été remis par Franck Confino, directeur de la publication de blog-territorial et directeur de l'agence adverbia, à Catherine Henri-Martin, vice-Présidente du Conseil Régional d’Auvergne, pour l’opération auwwwergne.com; la plateforme de blogs d’échanges et d’expression des auvergnats, adossée à un réseau social. Jean-Marc Lesaulnier, directeur de la communication du Conseil Régional de l’Auvergne, a insisté sur le fait qu’à ce jour l’Auwwwergne est le 1er réseau social régional numérique. Dans la continuité de ce média social, l’émission de web réalité l’Auwwwergne de la Tentation pariait sur l’attractivité du territoire auvergnat et la dynamique numérique de la région.



Rendez-vous est donc pris pour le prochain Forum de l'e-Démocratie, pour de nouvelles aventures autour de la société numérique.
Repost 0
Published by blog-territorial - dans Web 2.0
commenter cet article
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 15:27
 Par Christophe Baudouin


Lundi 2 novembre, le Ministère de l’Immigration, de l’Intégration  et de l’Identité nationale lançait le site www.debatidentitenationale.fr. L’objectif : appeler les concitoyens et les étrangers à livrer leurs témoignages pendant 3 mois sur une question litigieuse version Eric Besson : "Pour vous qu'est-ce qu'être Français ?". Remise des copies le 4 février 2010. Une synthèse des contributions livrées par les internautes sera présentée par le Ministre Eric Besson à l'occasion d'un colloque.


Thème cher à Nicolas Sarkozy, deux ans et demi après son discours sur la « fierté d’être français », le débat sur l’identité nationale s’invite à nouveau sur le devant scène médiatique. A l’approche des élections régionales, l’opération ressemble fort à une stratégie de communication dans le but de capter l’électorat du FN, alors que l’Élysée table sur une remontée de l’extrême droite. Alors rien de nouveau sous le soleil, me direz-vous. C’est bien un parfum de campagne présidentielle qui plane au moment où le Chef de l’Etat reprend une de ses promesses de 2007 : valoriser la « fierté d’être français ». Cependant, l'opposition n'est pas en reste. Ségolène Royal, prenant le contre-pied du PS, se targue d'avoir "été d'ailleurs la première à poser la question de la nation et de l'identité nationale".

 Le fait de poser la question dans l’espace public a le mérite de nous interroger sur une culture nationale, qui est par définition, plurielle et mouvante. Cependant, à quelques mois des scrutins de mars 2010, cette opération est criante de calculs politiques. Dans le camp de la majorité, certaines voix dissonantes se sont faites entendre dans cette direction. Ainsi, le président du Sénat, Gérard Larcher, ironisait à propos de l’identité nationale : « C'est Marianne qui fait sa psychanalyse ».  Martin Hirsch donnait quant à lui une fin de non recevoir en expliquant que « la France n’a pas de problème d’identité ».


Identité nationale : c'est Marianne qui fait sa psychanalyse  

C’est à se demander si l’UMP n’a pas désormais le monopole du « grand débat sur l’identité nationale » tant l’utilisation de cette vieille recette électoraliste semble récurrente. Certes, la manœuvre politicienne est bien connue. Jean-Marie Le Pen est coutumier du fait, lui qui a manipulé à des fins électorales sur des accents populistes la question de l’identité nationale. Y aurait-il quelque chose de pourri dans le royaume de France ? « Pour vous qu’est-ce qu’être Français ? » signifie qu’il n’y a pas de demi-mesure dans cette équation politique : d’un côté les bons patriotes et de l’autre les marginaux.


Cet élan qui se veut humaniste et républicain de la part d'un ministère de l'Immigration prêt à sourire lorsqu'au même moment le gouvernement affrète des charters pour expulser des Afghans demandeurs d'asile politique. Alors faisons un rêve : Qu'est-ce qu'être Français ? Défendre le concept d'une nation de résistance et apprendre sur le bout des doigts la lettre de Guy Môquet plutôt que le roman de "La Princesse de Clèves" ? Afficher sa réussite sociale et porter bravement une Rolex à son poignet ?


La "culture, la civilisation, c'est le métissage" clamait Aimé Césaire. Quitte à choisir, dans la veine d'une identité qui se conjugue au pluriel l'insoumis Serge Gainsbourg est plus inspirant que le bling-bling Élyséen. L'homme à la tête de chou réinterprétant La Marseillaise à l'image d'un acte de résistance d'une France métissée qui se trémousse sur le son reggae...décidément aux antipodes de ce "marketing politique" orchestré par le gouvernement.
Repost 0
Published by blog-territorial - dans Tribune
commenter cet article
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 18:48
Le Salon des maires et des collectivités locales (SMCL) prend place les 17, 18 et 19 novembre à la Porte de Versailles. Ce rendez-vous annuel organisé par le Groupe Moniteur a pour vocation de réunir une pléiade d'acteurs et d'institutions du secteur public.

 

Au programme de cette édition 2009 : tables rondes avec 8 ateliers techniques qui marqueront l'événement sur le thème des grands enjeux des collectivités locales. Au centre des débats : "Financement des équipements sportifs. Que peuvent apporter les opérateurs privés ?", ou encore avec la question sur "Les TIC et les territoires. Quelle valeur ajoutée pour le développement économique d'un territoire ?"


Le rendez-vous de référence du marché des collectivités locales  


Présidents respectifs de l'Assemblée nationale et du Groupe Moniteur, Bernard Accoyer et Eric Licoys inaugureront la grand-messe de la rencontre des élus et des professionnels de la "commande publique". Le SMCL comporte 7 espaces thématiques. Pas moins de 155 dossiers ont été retenus et répartis dans 8 catégories. Pêle-mêle, on peut citer la "Prévention et Sécurité", l'"Environnement et Energie", ou encore l'"Aménagement urbain". Avec 800 exposants et 150 secteurs d'activités économiques représentés, c'est ce qu'on appelle dans le jargon une grosse opportunité dans la commande publique.

Trois autres temps forts marqueront le salon. Le concours des Prix de l'Innovation du SMCL récompense un ensemble de produits et de techniques qui équiperont les "collectivités de demain". Le Village Territorial se veut un lieu d'échanges entre les fonctionnaires territoriaux et les associations. Enfin, le Village du Sport rassemblera quant à lui les principales fédérations nationales et les associations du monde du sport. A noter que le SMCL a lieu parallèlement avec l'autre événement majeur de la Porte de Versailles, le 92ème
Congrès des maires et des présidents de communauté.
Repost 0
Published by blog-territorial - dans Actualités
commenter cet article
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 10:14

Par Christophe Baudouin


L
e Parti Communiste lance AlternaTV.fr, une webTV collaborative et parfois corrosive par ses points de vues sans concessions sur le monde qui nous entoure. C'est le moins que l'on puisse dire en regardant les différentes vidéos postées par ces amateurs éclairés, caméras au poing, venant aussi bien du militantisme de gauche, que de la société civile. Extrait...


L'internaute est aussi bien confronté à la violence et à l'absurdité du conflit israëlo-palestinien, au printemps des poètes version 2009, qu'à la crise financière. Avec en prime dans cette dernière vidéo, un cours d'économie en direct afin de mieux comprendre le schmilblick des subprimes qui nous a mené tout droit vers des surendettements monstres pour sauver le système bancaire et financier. A rebours des WebTV traditionnellement dévouées à la bataille partisane, quand ce n'est pas pour la promotion des stars montantes du microcosme politique, AlternaTV a fait le pari de l'information et du débat.

Cependant, ne soyons pas naïfs avec cette initiative numérique estampillée PCF. Par définition, un parti politique a vocation à conquérir de nouveaux électeurs, remporter des trophées politiques. Marie-George Buffet ne s'y trompe pas lorsqu'elle délivre son message à la fin de la vidéo appelant à soutenir le PCF pour réinventer une société du "partage". Ce n'est donc pas neutre que le parti prenne le train du multimédia, lui qui a si souvent souffert d'une image ringarde au regard de la dégringolade en cascade de ses résultats aux différents scrutins des deux dernières décennies.




Plateforme d'hébergement indépendante, AlternaTV a pour objectif de donner la parole aux sans-voix, mais aussi au mouvement social. Les militants politiques et les syndicats engagés dans des luttes "trop souvent escamotées par la sphère médiatique", lorsqu'elles ne sont pas tout simplement aseptisées par la chasse aux faits divers, sont également de la partie. Documentaires, news, zapping media, performances artistiques, la richesse du contenu a le mérite de poser la question sociale sur le devant de la scène.


Une WebTV pour faire entendre un autre son de cloche 

Armes de résistance, les caméras d'AlternaTV sont également des outils numériques pour rendre visible le monde social dans toute sa complexité. Ainsi, les ateliers de la gauche, véritables tables rondes et cercles de réflexion, illustrent à leur manière le côté participatif sur les problématiques les plus brûlantes du moment. A en croire le communiqué sur le site web, "ce chantier constitue la 1ère étape d'un vaste projet de mise en place d'outils coopératifs que le PCF entend initier sur Internet". En résumé, ces vidéos web 2.0 sont autant de pierres ajoutées à l'édifice pour la construction d'une véritable alternative à gauche. De bon augure à quelques mois des élections régionales...
Repost 0
Published by blog-territorial - dans Web 2.0
commenter cet article
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 12:50
par Marjorie Stuva


Début septembre, la communauté d’agglomération messine a lancé sa nouvelle campagne institutionnelle. Au programme : mise en lumière des compétences de la communauté d’agglomération, valorisation de son territoire composé de 40 communes, et de ses habitants.



En juin dernier, la CA2M devenait Metz Métropole. La nouvelle stratégie de communication  prenait donc forme juste avant la traditionnelle période estivale. Pour accompagner ce changement de nom, la communauté d’agglomération a opté pour une toute autre identité visuelle. Tout bleu tout neuf, le nouveau logo symbolise la souplesse et le dynamisme de l'institution.


Metz Métropole, notre territoire tout simplement

Dès le 4 septembre, la communauté d’agglomération révèle le lancement de sa campagne institutionnelle. Améliorer la lisibilité de l’agglomération, faciliter l’identification de ses actions et mettre en place une communication cohérente, tels sont les objectifs à remplir. Décliné en trois thématiques : la proximité, la compétitivité et l’attractivité du territoire, le slogan choisit pour cette campagne est malheureusement passe-partout. Bien qu’elle mette en valeur la notion d’unité, l’accroche est quelque peu convenue. Dommage !

En vue d’optimiser la transmission du message, Metz Métropole a fait le choix d’utiliser l’affichage et la radio comme supports de communication. Réalisés par l’agence strasbourgeoise Hors Taxe, les visuels exposés sur plusieurs bâtiments jusqu’en décembre mettent en scène des citoyens reliés par le ruban bleu du nouveau logo. La plupart des personnes présentes sur ces affiches sont des agents travaillant pour Metz Métropole. Ce qui a pour effet de renforcer la portée du message d’ « unité » que tient à faire passer la communauté d’agglomération. Accompagnés d’une identité sonore créée tout spécialement pour la campagne, les spots radio viennent quant à eux rythmer les différentes actions prévues pour la rentrée par Metz Métropole. Ainsi, la Semaine de la Mobilité, la Foire Internationale ou encore la Fête de la Science illustrent bien cette stratégie sur les ondes.


En intervenant dans le quotidien de ses 230 000 habitants, que ce soit pour l’organisation des transports ou la construction d’équipements culturels, Metz Métropole remplit une mission de   proximité. C’est ce contact direct en direction de ses administrés qu’elle a souhaité mettre en avant via sa campagne institutionnelle. La communauté d’agglomération, en communiquant sur les compétences et l’attractivité de son territoire, tente ainsi de revaloriser aux yeux de tous, Mosellans ou non, la région lorraine.
Repost 0
Published by blog-territorial - dans Stratégies
commenter cet article
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 15:38
par Magali Grange

« Réseaux sociaux : tendance de fond ou simple mode ? Révolution ou continuité d’usages ? » C’est sous ce titre alléchant que s’est déroulée la dernière conférence organisée par l’Association des Anciens du Celsa, le 22 octobre 2009, à la Maison de l’Isère.


Les attentes des participants étaient relativement simples : comprendre les réseaux sociaux, cerner leur intérêt et savoir comment en faire un usage pertinent, en communication comme dans les RH. Même lorsqu’on est inscrit sur les réseaux sociaux, l’objet en question reste souvent mystérieux. Or, comme l’a expliqué Christophe Vattier, cofondateur de l’Agence 9, « un des principaux freins à l’utilisation des réseaux sociaux, c’est la méconnaissance ». Mais définir les réseaux sociaux n’était pas l’objet de cette conférence et le sujet n’a pas été développé. Dommage !

Tout ce qui n'est pas sur les réseaux sociaux n'existera plus 

Ce sont deux approches des réseaux sociaux très différentes, mais complémentaires, qui ont été exposées. Jerôme Bondu, créateur d’Inter-Ligere, a choisi de les aborder via la question plus générale du web 2.0, en commençant par réaliser un parallèle avec le mariage à la sauce Guitry : « Le mariage, c'est résoudre à deux les problèmes que l'on n'aurait pas eu tout seul ». En clair, il note quatre grandes caractéristiques d’Internet actuellement :

  • l’omniprésence et l’omnipotence de Google ;
  • le passage d’une logique de stock à une logique de flux ;
  • Internet est devenu un espace participatif où c’est un « jeu d’enfant » de s’exprimer ;
  • les réseaux sociaux sont un outil complètement désinhibant (on ose entrer en contact avec les autres).



Ainsi, tout est conçu pour le partage, ce qui n’est pas sans générer divers effets indésirables, propres au média Internet : réception de messages importuns, problèmes liés à la représentativité des groupes créés, sentiment d’impunité, frustration de ne pas pouvoir être partout, nouvelle forme de piraterie (vol d’identité, par exemple)... Partant de ce constat, pour Jérôme Bondu, tout ce qui n’est pas partagé n’existe pas et, de manière un peu provocante, « tout ce qui n’est pas sur les réseaux sociaux n’existera plus » !

Le virtuel pèse sur le réel 

De manière plus nuancée, pour Christophe Vattier, en fonction du message à délivrer, du public ciblé et de l’objectif poursuivi, certains réseaux sont plus appropriés que d’autres. D’où l’importance de les comprendre. Considérant le web 2.0 comme une véritable révolution, car les gens sont actifs, au point que le virtuel pèse sur le réel, il estime que de vrais « bons coups » sont à faire pour les entreprises et collectivités.


Concrètement, que peut-on faire ? Un exemple donné par C. Vattier : une société informatique installée en banlieue parisienne a du mal à recruter certains profils. Il lui a été proposé de créer un questionnaire sur Facebook pour effectuer un premier repérage. Les internautes ayant l’ensemble des bonnes réponses obtiennent un entretien d’embauche et une bouteille de champagne s’ils se déplacent. Les résultats ne sont pas encore connus, mais nous ne manquerons pas d’en reparler.

La conclusion de cette conférence ? Les possibilités offertes par les réseaux sociaux sont gigantesques et encore largement inexplorées, pour des coûts très attractifs. Même si les utiliser n’est pas toujours pertinent, se poser la question c’est s’ouvrir à de nouvelles perspectives et se donner une chance supplémentaire d’atteindre ses objectifs.



Pour en savoir plus, découvrez les conseils pratiques, les interviews et les retours sur expériences de l'ouvrage participatif de Franck Confino,
Blogs territoriaux, réseaux sociaux et nouveaux enjeux du web 2.0 pour les collectivités, publié aux Editions Territorial, dont nous aurons l'occasion de reparler ultérieurement sur
blog-territorial.
Repost 0
Published by blog-territorial - dans Web 2.0
commenter cet article
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 18:40
Le rendez-vous annuel des professionnels de la communication publique se tiendra à Saint-Etienne du 1er au 3 décembre. Crée en 1988 sous l’impulsion de Dominique Mégard, le Forum de Cap’Com c'est une pléiade d’acteurs de tous bords qui se réunit pour échanger, débattre sur la place de la communication publique.



« Changer d’échelle », c'est le nouveau slogan des rencontres du Cap’Com version 2009 qui prendront place dans la ville du design, Saint-Etienne. Au programme : élus, universitaires, consultants, journalistes, communicants des collectivités territoriales invités à plancher sur différentes tables rondes. « A quelle échelle territoriale travailler ? », « les relations presse à l’échelle d’un territoire » ou encore « quelle dimension stratégique la plus appropriée pour les réunions publiques ? » sont quelques-uns des thèmes qui seront abordés dans ce 21ème Forum.

Changer d'échelle, c'est aussi repenser la proximité avec les citoyens, les habitants, les usagers

En effet, les 3 jours s’annoncent sportifs si l’on en croit l’organisation : 8 conférences stratégiques, 5 parcours thématiques, 20 ateliers méthodologiques, 8 carrefours numériques et enfin 5 visites professionnelles. L’exercice précédent à Nantes avait quant à lui réuni pas moins de 900 participants; dans ce rassemblement qui se veut également un temps de réflexion sur les évolutions et pratiques des professionnels de la  communication. Comme chaque année, blog-territorial répond présent et retransmettra en vidéo la manifestation.

Dans ce forum des communicants publics, le patrimoine culturel est aussi à l’honneur. Ainsi, la Cité du design, le Musée d’Art Moderne, le Zénith de Saint-Etienne Métropole, sans oublier le mythique Stade Geoffroy Guichard s'associent à l'opération. Autre nouveauté 2009 : les participants pourront utiliser le système du co-voiturage pour se rendre au Centre de Congrès de Saint-Etienne. C'est dans un contexte de réforme territoriale que Dominique Mégard affirmait en guise d’édito dans le numéro spécial de Cap’Com :«  Changer d’échelle, c’est aussi repenser la proximité avec les citoyens, les habitants, les usagers (…) la communication  réapparaît comme un élément indispensable du projet collectif ». A bon entendeur…

Repost 0
Published by blog-territorial - dans Actualités
commenter cet article
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 14:58

Par Christophe Baudouin



Mesure phare du plan de relance de Nicolas Sarkozy, la suppression de la taxe professionnelle suscite de nombreuses interrogations parmi les élus. C'est dans un climat tendu avec la majorité présidentielle, que l'Assemblée nationale a remanié, puis adopté le projet gouvernemental le 23 octobre dernier sur la suppression de la TP. Cette dernière fait toujours couler beaucoup d'encre à quelques jours de l'examen du texte par le Sénat. Un ancien Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, cosigne même une tribune contre le projet de loi dans le jdd.



Le Maire de Bordeaux, dans un entretien accordé au quotidien Sud Ouest, sonnait le tocsin des critiques provoquées par la fin de la TP : "Nicolas Sarkozy se fout du monde". Le camp de l'opposition accompagné par des élus de la majorité n'ont pas ménagé leur efforts pour dénoncer la disparition de la principale manne financière (22 milliards d'euros par an) des régions, communes et départements. Ainsi le Président du Sénat, Gérard Larcher, réclamait 6 mois de délai supplémentaire afin d'améliorer le projet de réforme. Aux micros d'Europe 1, Jean-François Copé enfonçait le clou en exigeant davantage de pédagogie de la part du gouvernement, "(...) car pour l'instant, on n'est pas au clair sur qui va payer quoi". Face à ce bras de fer avec les parlementaires, la confirmation est venue du Premier ministre en personne : la fin de la TP interviendra bien le 1er janvier 2010.

Malgré les nombreuses dissensions, cette réforme est jugée nécessaire par les élus. Apporter plus de transparence aux finances locales, mais aussi équilibrer davantage les compétences des régions et départements, sont parmi les points positifs à retenir. Mais les inquiétudes font rage quant à la taxe de remplacement intitulée "contribution économique territoriale" (CET). Cette source de financement inédite, inscrite au projet de loi de financement pour 2010, se décompose en deux impôts. Acte I, la taxe sur le foncier demeure via l'instauration de la cotisation locale d'activité (CLA). Acte II, la cotisation complémentaire (CC) se substitue à l'actuelle cotisation minimale assise sur la valeur ajoutée de l'entreprise.    L'amendement UMP porté par Gilles Carrez, sur la répartition de la cotisation complémentaire et adopté en commission des finances, fait écho à cette volonté unanime dans les rangs politiques de donner plus de garanties quant aux ressources des collectivités.

Le train des réformes continue

Piqûre de rappel : ce qui est visé dans cette réforme sur la fiscalité locale qui, rappelons-le a été créée en 1975 par Jacques Chirac, c'est plus particulièrement l'investissement productif. L'objectif poursuivi par le gouvernement est bien de pérenniser les ressources locales, tout en misant sur la compétitivité des entreprises. En effet, ce plan de refonte de la fiscalité des collectivités territoriales doit bénéficier à l'ensemble des secteurs d'activité. Mais en définitive, ce sont surtout le BTP et l'Industrie qui tirent profit du plafonnement à 3 % de la valeur ajoutée. Ainsi, la CET prend davantage en compte la valeur ajoutée réalisée par les entreprises au dépend des investissements productifs. Dans cette batterie de mesures gouvernementales, à noter que le barême de cotisation complémentaire sera progressif pour ne pas pénaliser les grandes entreprises.

Le Medef se félicite de la suppression de la taxe professionnelle

Après le cadeau offert cet été au secteur de la restauration (de 19,6 % la TVA est passée à 5,5 %, le 1er juillet dernier), Nicolas Sarkozy réduit la charge des impôts directs qui pèsent sur les entreprises. Ainsi, pas moins de 12,7 milliards d'euros d'impôts en moins sont prévus pour 2010. Par la suite, Bercy table sur une baisse de l'ordre de 4,8 milliards d'euros par an. Malgré les généreux allègements de charges, le Medef se félicite de la suppression de la taxe professionnelle, tout en émettant de fortes réserves avec la mise en place future de la nouvelle taxe carbone. C'est dans un contexte de déséquilibre des finances locales que les élus attendent des preuves tangibles de l'Etat dans l'allocation de recettes fiscales viables. Dans ce temps II de la décentralisation, les transferts de compétences des collectivités ne s'accompagnent pas de ressources financières adaptées pour répondre aux défis de la gouvernance locale. 
Repost 0
Published by blog-territorial - dans Actualités
commenter cet article

Attention, le blog a déménagé!

ATTENTION : vous êtes égarés sur les archives de blog-territorial...
Depuis 2011, le blog a déménagé et a continué sa vie ici :

BT.jpg

Editeur

Directeur de la publication : 
Franck Confino 

Texte Libre

   Inscrivez-vous à la newsletter   Contactez-nous

 

auwwwergne.com
Recommandé par des Influenceurs

C'est forcément ici !

 

 

 

Et pour finir...

 

internautes sont égarés ici et trouveront leur bonheur par là !
 

Avril 2006 - Novembre 2010

 

Contrat Creative Commons

Blog-territorial
by Adverbia est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported.
Basé(e) sur une oeuvre à www.blog-territorial.fr.